• Un homme à la mer !

    Vous vous souvenez ? J'avais lancé un petit jeu où je vous demandais d'imaginer la suite. Bravo à vous toutes et tous qui avez apporté votre grain de sel. C'est un excellent souvenir pour moi. J'ai donc concocté une petite histoire reprenant vos commentaires. merci à :

    Barrot Alain Nini

    Martine 85

    Jean-noël Carrier

    Simone L.V.

    Sedna

    Fafa Castaner

    Un homme à la mer !Sorti en bateau au large des côtes méditerranéennes, Pascal rêve avec enthousiasme de participer au prochain grand prix. Il s’y est bien préparé avec son frère aîné. Ils vont la gagner cette course, ils vont s’enrichir et en faire profiter toute la famille.

    Alors qu’ils se trouvent en pleine mer, Pascal découvre que son frère a falsifié le dossier d’inscription et que son nom n’apparait nulle part. De ce fait, il ne recevra aucune récompense alors que son frère récoltera les lauriers et la gloire.

    D’instant en instant, Pascal est envahi d’une rage montante incontrôlable et pense très fortement à faire un meurtre mais en aura-t-il le courage ?

    C’est la tempête sous son bonnet, les vents sont contraires entre le diablotin et l’ange gardien. La colère monte chez Pascal et la haine l'envahit. En effet, avoir menti, avoir tout fait pour que je ne sois pas sur le podium me laisse "de glace". Que pourrais-je inventer pour obtenir ce succès ? Le bousculer jusqu'à ce qu'il chavire : Au revoir grand frère ! Le pari, c'est moi qui vais le gagner et je dirais en arrivant que c'était accidentel... Oui bon, c’est peut-être un peu trop cruel, il ne faut pas qu’il meure noyé. J’ai besoin de me changer les idées, il faut que je trouve autre chose. Allez, je me jette à l’eau, je vais faire un peu de plongée. Effet garanti, il tombe nez à nez avec une murène, voilà de quoi se remettre en question ! Fasciné autant qu’apeuré, l’inspiration lui vient. Après tout ce serait une bonne leçon pour rafraîchir son traitre de frère : une morsure dangereuse mais non mortelle, il le soignerait et récolterait les lauriers de la gloire. Vite, il remonte sur le bateau pour mettre son plan à exécution. Au pire, si son frère succombait à ses blessures, il tairait l’affaire et rendrait aux murènes leur repas puis se ferait passer pour lui, vu qu’ils portent le même nom. Oui, non… ça cloche ! La famille sait bien qu’ils sont partis à deux et s’inquiètera de l’absence du frère. Il y aura forcément une enquête de police et le podium lui passera sous le nez. Alors il ne lui reste plus qu’à mener la vie dure au frangin tout au long de la traversée et faire un beau scandale familial à l’arrivée, dévoilant la supercherie. Ainsi en fait de victoire, la honte le hanterait au grand jour et pour l’éternité. « Bien mal acquis ne profite jamais » !

    Toutes ces réflexions le submergent, c’est lui qui est en train de couler. Il aimerait bien qu’une sirène l’attire de son chant et lui souffle une solution paisible. C’est son frère, il ne peut pas lui faire du mal, tout du moins pas physiquement. Il s’en voudrait à mort.

    Il gamberge, il gamberge, il gamberge loin de la berge.

    En fait de douces mélodies, un message radiophonique mentionne le repêchage in extrémis d'un migrant dans le Channel : ce pauvre bougre avait décidé de braver les courants de la manche sur une embarcation pneumatique de fortune ; quelle coïncidence ! Quel drame. Oh non, la violence n’est pas acceptable et encore moins pour sa famille. Plouf ! Le problème n’est pas résolu.

    Les flots tanguent, Pascal bascule sur le pont du bateau où épuisé par le doute, il s’était endormi sur un matelas pneumatique. Il avait fait un drôle de rêve et se souvenait vaguement qu’il était question d’une course mais… Où sont donc ces rustines pour remettre en état ce maudit matelas gonflable !!!

    Il faut reconnaître que pour Pascal retraité de la police, les enquêtes le poursuivent encore. 

     

    « A vous d’imaginer la suite…V’là l’automne »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 20 Août à 14:55

    La chute est subtile!cool et j'aime bien lorsque tu nous propose de participer activement à tes récitsyes

    "Bien mal acquis ne profite jamais!" ou "tel est pris qui croyait prendre!" Ce rêve/cauchemar aura permis à pascal de faire le tour de toutes les réactions/solutions qui peuvent nous envahir dans l'adversité. Ses réflexions l'auront amener à  cette conclusion que rien ne vaut le meurtre  d'un homme et il aura fini par comprendre qu'au bout du compte "la vengeance est un plat qui se mange froid!" ... alors, si c'est l'indélicat frangin qui a planqué les rustine, gageons qu'il ne lui flanquera pas son poing dans le visage mais qu'il attendra qu'un clou égaré sur la chaussée crève un pneu de sa voiture ... pour jubiler!

    bises; Simonesarcastic

    2
    Dimanche 20 Août à 16:10
    Un subtil résumé comme une fable et sa morale.. J'ai bien aimé participer à cette histoire
    3
    Dimanche 20 Août à 18:50

    Salut,

    Sirène , migrants, matelas , ben dis donc c'est une sacrée histoire, mais BRAVO

    Bonne semaine

    4
    Lundi 21 Août à 11:36

    Très bien écrit. Lecture très agréable et une fin surprenante comme je les aime. Merci. Mes petites filles sont parties en vacances avec leurs parents. Ce furent 3 semaines de bonheur. Je suis un peu fatiguée et il faut remettre la maison en état, finir nos travaux de peinture des volets. Je prolonge ma pause visite blog jusqu'à fin août. Merci de ta fidélité en mon absence. Bisous

    5
    Lundi 21 Août à 12:45

    Salut,

    Le temps est malheureusement à la pluie,

    On se croirait en octobre !

    Bonne semaine

    6
    Vendredi 25 Août à 14:21

    Salut

    le soleil est timide avec 22° mais ça me satisfait.

    Bon week-end

    7
    Vendredi 25 Août à 18:04

    Oh mince, je crois qu'on est toujours puni quand on embête les autres. Bon week end Arielle.

    8
    Dimanche 3 Septembre à 19:11

    Salut

    Ce fut une journée sans chaleur avec la plupart du temps un ciel gris,

    Mais on garde le moral,

    Bonne semaine

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :