• Extrait N°15 du récit "Un bien pour un mal", ... l'idéal...

    Extrait N°15 du récit "Un bien pour un mal", ... l'idéal...Bon ! La sauge, la menthe, c’est bien beau tout ça mais l’idéal serait – non pas le facteur cheval qui construisit son palais pierre à pierre – quoique petit à petit l’oiseau fait son nid, mais un facteur porteur de bonnes nouvelles qui permettraient à un membre de la famille de racheter le rez-de-chaussée puisque le copropriétaire actuel semble bien décidé à vendre. La présence des héritières l’empêche désormais de se comporter en seigneur et maître de ces lieux et cela ne l’intéresse plus. Cependant vendre en l’état est totalement inconcevable pour une personne extérieure à la famille, vu l’état des étages et les travaux à réaliser en copropriété car il aurait dû participer et en lieu et place, il a préféré en faire à sa guise, uniquement pour sa pomme.

    En attendant l’idéal qui redonnerait enfin un caractère et une identité à la maison familiale, revenons sur terre. L’automne est là, indien cette année. Pourvu que l’hiver soit suffisamment futé pour ne pas dégrader la maison encore plus. Elie va à nouveau passer ces prochains mois sans chauffage. Cela devient très pesant...

    à suivre !

    « Extrait N°14 du récit "Un bien pour un mal", ... l'antidote...Remplumé pour l’hiver »

  • Commentaires

    1
    Samedi 6 Octobre à 10:59
    des problèmes d'héritage. Puisse cette maison résister. Bon week-end. Bisous
    2
    Samedi 6 Octobre à 16:46

    Que de travail à faire dans une maison ! et encore plus dans une maison ancienne. Il faut être jeune pour la restaurer. Bon week end Arielle, j'attends la suite ...

    3
    Samedi 6 Octobre à 18:21

    Hélas cette maison n'est plus qu'une ruine et personne ne pourra en faire quelque chose à moins que de tout casser .

    Bonne soirée à toi , gros bisous marseillais chère Arielle et excuses moi pour mes non passages .

    Renée (mamiekéké).

    4
    Dimanche 7 Octobre à 08:16
    Salut Hier il a fait très beau avec 22°. On est allé manger au resto des cascades. J'espère que le temps va se maintenir. Bonne journée
    5
    Dimanche 7 Octobre à 09:59

    Ton histoire nous ramène à la notre..Les maisons fermées s'abiment vite. Il leur faut pour résister au temps  du passage, de l'air, la vie !

      • Dimanche 7 Octobre à 10:07

        oui ! heureusement qu'Elie vit là-bas depuis 1 an déjà. ça assainit bien.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :