• Sages conseils ??

    Je m’étais dit http://www.grisy.net/article-20623474.html « Si elle m’annonce que je n’ai pas d’avenir avec lui, je le quitterais ou le tromperais, on verra selon mon humeur ». Tout ce que j’espèrais, c’était au moins que je ne sois pas enceinte car j’avais deux mois et demi de retard  mais étant près de la ménopause, je me disais aussi que ce n’était pas forcément une grossesse qui se préparait. J’avais déjà depuis des années, des signes de pré-ménopause mais j’étais quand même dans le doute. No pause……. No répit !

    Notre couple devait mûrir encore. Nous ne nous faisions pas confiance, ni l’un, ni l’autre. Chat échaudé craint l’eau froide, c’est bien connu mais à force de soupçons, on se déchire, on s’épie……. C’est stupide !

    Il faut discuter, s’expliquer, tenter de comprendre l’autre. Nous n’avons pas forcément le même langage et bien des erreurs de compréhension sont à l’origine de quiproquo et peuvent semer la zizanie . La sincérité est primordiale. Je devais apprendre à accepter qu’il puisse m’aimer sans tricherie et arrêter de me mettre martel en tête. J’avais tellement été déçue par les hommes que ce bel amour me mettait en panique…… euh ! Pas nique pour autant !!

    Pour une fois que l’on m’aimait vraiment, je cherchais la faille…je fouillais pour  absolument démontrer que c’était faux ! Fallait il que je sois tordue ! Il m’aimait très fort et très honnêtement : j’en avais la certitude. Il faisait des efforts énormes pour me satisfaire (pour exemple : se débrouiller pour que quelqu’un aille récupérer ses enfants après l’école car il ne pouvait même pas compter sur sa femme, planifier ses minutes entre sa mère malade et la réparation de la voiture d'un  collègue…j’en passe et des meilleures et il y arrivait, tout ceci pour moi)  et je devais le reconnaître à sa juste valeur. Je n’avais pas le droit de le suspecter et pourtant, mon instinct clignotait de partout ! J’avais un signal d’alarme au dessus de la tête, un panneau indiquant « Attention ! Terrain glissant ».

    Décembre 2000 fut encore sous le signe des pleurs. Fr….. était pourtant venu pour poser le carrelage dans la douche. J’étais heureuse et la journée se déroula fort bien malgré la venue impromptue d’un huissier alors que j’étais partie acheter de la colle. Cet empapaouté (comme tous ces gens là) tapa la discute avec Fr….. et le mit au courant de mes dettes, chose que je ne permettais pas. Non seulement c’est pervers un huissier mais en plus c’est indiscret. Fr…., qui me parlait déjà souvent de mes problèmes d'argent, cherchant à me faire avouer justement ces choses que je lui taisais, mit à plat mes comptes et commença à me faire la morale : tu devrais demander à ta fille de participer plus, tu devrais faire racheter ce crédit par ta banque, etc…Non mais ! De quoi me mèle je ? ? Monsieur ne faisait pas de projet avec moi mais s’impliquait dans ma vie sur tous les domaines ! Je l’ai laissé palabrer mais lui ai dit clairement que je ne suivrais pas ses conseils. Il n’était pas d’accord avec moi. Et alors ? Qu’il vienne vivre avec moi et je l’écouterais mais tant qu’il me laissait seule, je ne voyais pas pourquoi il aurait eu accès à ma manière de gérer mon foyer.

    Enfin bref, les heures passaient et il devait rentrer chez lui car ses filles étaient sous la garde de la copine Igi…… car madame était sortie. Un mot de Igi….. et Fr….. se pliait aux éxigences ! Cà…ça me resta en travers et je le lui dis. Il commença donc à partir vers 19h pour s’occuper de ses enfants et passant devant le crapaud qui gardait secrètement sa clef, il s’enquérit de savoir si elle était toujours là.. prête à l’emploi pour les nuits où il venait à l’improviste. Je n’ai pas pu m’empêcher de lui faire remarquer que cela ne servait à rien, vue la fréquence de ses visites. « Prends toi ça dans la tronche », rétorqua t il. Puis je l’accompagnais à sa voiture et je ne sais plus à quel propos, il parla du fait que l’on ne vivait pas ensemble. Je ne supportais plus qu’il en parle, cela me faisait mal et les larmes commencèrent à emplir mes yeux. Je lui dis d’un air de dépit « Allez…rentre bien » et retournais à la maison alors qu’il faisait un démarrage sur les chapeaux de roues.

    Je m’effondrais alors en désarroi. Ce chagrin ne me quitta plus de la soirée. Je dormis très mal et me rendis au rendez vous de la médium le lendemain matin. Elle m’annonça qu’il ne fallait plus que j’attende Fr…… mais qu’il ne fallait pas non plus que je le quitte. Qu’il fallait que je prenne du bon temps car il divorcerait à coup sûr mais n’était pas prêt pour l’instant. Elle m’a même conseillé de fricoter un peu ! Elle m’a aussi dit que Fr…… ne me quitterait pas.

    Je me mis alors à penser, penser, penser à en perdre haleine. J’ai tout remué dans ma tête, j’ai cherché la solution. Je n’ai pas trouvé. Je décidais donc de suivre les conseils de la médium.  Elle avait raison : je ne devais pas me bloquer pour lui. Je ne le quitterais pas….j’allais m’amuser, sortir et advienne que pourra.

    En clair : j’étais décidée à prendre des roues de secours, moi qui avais toujours servi de bouée de sauvetage. Pas une mais au moins deux pour ne pas m’attacher. Comme çà, quand Fr…… me ferait défaut, j’appellerais une roue de secours et ainsi je pourrais mieux l’attendre. Et puis, si le destin voulait que je m’attache…et bien j’inverserais les rôles ! Fr…… passerait à son tour à l’état de dépannage. C’était dommage d’en arriver là. Ce n’était pas du tout ce que je voulais mais je ne pouvais pas forcer mon amour à divorcer. Je ne lui demandais pas de quitter ses enfants mais de se libérer de son boulet pour pouvoir vivre pleinement notre bonheur. Bien sûr : un homme qui divorce est forcément éloigné de ses enfants...quoique…les lois changent à notre époque et il aurait pu peut être obtenir gain de cause, surtout que ses filles semblaient le préférer, lui, d’après ce qu’il me racontait. Il devait forcément y avoir une solution à notre amour et je ne pouvais pas croire que ce soit de le gâcher.

     

    ......227ème épisode..........à suivre........dans la série Biographie..............
    « Charade........ou blague ?NUIT »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 26 Juin 2008 à 12:00
    Ma chère Arielle, enfin une solution... quand je te lis je crois que chaque femme a connu cette situation mais chacune réagit à sa façon. Avec le recul du grand âge (si..si...) je souris car je pense que l'on passe une grande partie de sa vie à se mettre martel ene tête, à se faire du mal.. alors que je la solution est celle que tu as trouvée avec l'aide de la medium. Vis ta vie, ne sois jamais une bouée de sauvetage.. croque, prends les bons moments, et oublie l'ampoule qui clignote au-dessus de ta tête. Pense que tu ne prendras que le bon et n'auras pas la routine d'un couple "normal", ta vie sera plus pimentée.. et plus tu te détacheras (même si c'est difficile) plus Fr s'accrochera.. et quand il n'est pas là vis ta vie. Je te fais plein de bisous et beaucoup d'amourchantal
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :