• Nous avons clôt cette session par un bon resto entre élèves et professeur.

    Je remets ça l'année prochaine, j'y prends goût...

     

    Mon dernier cours BD pour cette session 2017/2018


    6 commentaires
  • Extrait N°12 du récit "Un bien pour un mal", ... et si on rêvait un peu ?...Cette maison a suffisamment de caractère pour devenir un petit château, pas en Espagne mais presque puisque nous sommes en catalogne. Je verrais bien un kiosque à musique près de la rivière, des poissons rouges dans le bassin situé sous la terrasse et une tortue bien sûr ! Noblesse oblige. Elle représente bien la lenteur mais aussi l’aboutissement des efforts. Les allées sillonnant le jardin en espalier seraient dallées, un léger éclairage jaillirait des buissons et l’indispensable potager du roi régalerait les invités. Il y aurait des peintures aux plafonds, des couverts en argent, de jolis verres à eau, à vin, à digestif sans oublier le champagne accompagnant les bains de minuit. A l’heure des repas, la clochette tinterait gaiement et toute la petite famille s’apprêterait pour passer un merveilleux moment convivial. Il y aurait un peintre, un éditeur, un auteur, un apiculteur, un musicien, un jongleur, un décorateur et des artisans. Les soirées à thème seraient bien animées. Cela deviendrait un lieu de culture et de partage dans la joie et la bonne humeur. Il règnerait comme un parfum de lavande, les cloisons seraient abattues, l’air circulerait librement dans un large espace, les hôtes aussi. Cette demeure pourrait s’appeler « la rêverie » sauf que pour l’heure, elle tombe en ruine et l’esprit de famille est quasi inexistant. Le premier travail consiste donc à redonner un sens à ce précieux trésor qui ne demande qu’à rendre des générations heureuses. Tout le monde n’a pas cette chance… Réveillez-vous les ancêtres, réparez vos erreurs et vous les fantômes, levez ce voile qui empêche d’évoluer correctement. Eh oui ! Pourquoi nos quatre sœurs paieraient-elles ce lourd tribu at vitam aeternam ? Elles n’ont rien demandé, rien fait qui justifie tous ces tracas. Quel est donc ce mystère, ce secret de famille ?

     

    à suivre !


    6 commentaires
  • Extrait N°11 du récit "Un bien pour un mal", toujours en cours d'écritureA vivre dans la maison, Elie commença à bien cerner les dysfonctionnements. Le fait que le rez-de-chaussée ait été vendu, oblige à monter et descendre les escaliers pour chaque action de la vie quotidienne. L’eau n’étant pas encore installée, Elie va remplir des bidons à l’heureuse source du village – une eau si pure qui descend de la montagne – mais il faut se les porter ces bidons et à son âge, ce n’est pas chose aisée. Idem pour vider les toilettes sèches qu’elle a installées elle-même et pour jardiner, il faut avoir le pied marin tant le jardin est pentu. Attention à ne pas tomber dans la rivière en contrebas ! Surtout qu’avec la fonte des neiges, le courant y est très fort et le niveau trop haut. Mais elle y arrive malgré quelques moments de déprime. Pour couronner le tout, elle a découvert un repère de rats se plaisant bien dans cette demeure délabrée. Ils prennent un malin plaisir à ronger les bas de porte et piquer la nourriture. Etant écolo à souhait, elle va devoir mettre des plants de menthe poivrée pour les chasser. Ça va sentir bon place de la république ! Il va aussi falloir mettre du double vitrage du côté de la rivière dont le ronronnement prend des allures d’autoroute et empêche de dormir. Quant au plancher du 2ème étage, il devient dangereux de s’y aventurer avec toutes ces intempéries et la cheminée tombée. Elie est bien courageuse et préserve le patrimoine. Ses sœurs lui doivent une fière chandelle...

     

    A suivre !


    7 commentaires
  • La bourdonite

     

     

    Ah ! Que ne suis-je un hérisson

    Pour répondre dare-dare

    Histoire de piquer ce bourdon

     

    Il me donne la chair de poule,

    Lorsqu’il frôle mon oreille

    J’ai la sensation d’être saoûle

     

    Je ne fais plus le distinguo

    Entre acouphènes et bestioles

    Je bats de l’aile tel un corbeau

     

    Ah ! Que ne suis-je une vielle

    Ma corde grave s’imposerait

    Histoire de donner la pareille

     

    Si on m’attaque,  je réplique

    Je ne veux pas choper le bourdon

    La mélancolie me rend triste

     

    Les abeilles dépérissent

    Elles ont le bourdon

    Devant l’humanité destructrice.

     

    Ah ! Que ne suis-je digne d’un don

    Afin, d’un tour de magie

    Ne plus craindre l’aiguillon.


    8 commentaires
  • Nous serons tous là pour vous accueillir. chacun exposera ses oeuvres : pour ma part vous pourrez découvrir quelques planches BD que j'ai réalisées cette année sous l'oeil averti de mon professeur cyril cévalier (cyrar)

     

    27ème exposition ART et CREATION 2018 du 2 au 10 juin à la salle communale de Coublevie. 27ème exposition ART et CREATION 2018 du 2 au 10 juin à la salle communale de Coublevie. 27ème exposition ART et CREATION 2018 du 2 au 10 juin à la salle communale de Coublevie. 27ème exposition ART et CREATION 2018 du 2 au 10 juin à la salle communale de Coublevie. 27ème exposition ART et CREATION 2018 du 2 au 10 juin à la salle communale de Coublevie. 27ème exposition ART et CREATION 2018 du 2 au 10 juin à la salle communale de Coublevie. 27ème exposition ART et CREATION 2018 du 2 au 10 juin à la salle communale de Coublevie. 27ème exposition ART et CREATION 2018 du 2 au 10 juin à la salle communale de Coublevie.


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires