• Quelques précisions

    Il y a le Q.I……. c’est la capacité d’utiliser nos neurones au mieux. Nous avons tous les mêmes chances au départ mais nous n’exploitons qu’une infime partie de notre cerveau. Selon les individus et le vécu, notre Q.I varie.

    Il y a la finesse d’esprit……..ça, c’est de l’intelligence !

    Il y a l’éducation………….nous sommes tous marqués par le comportement qu’on nous a inculqués durant notre enfance.

    Il y a l’environnement……….la capacité d’adaptation, quelque soit le milieu.

    Il y a l’enseignement…………ce qu’on a apprit par cœur et qui nous permet de paraître intelligents, sans l’être pour autant.

    Quand je parle de différence intellectuelle dans un couple, je me réfère principalement à la finesse d’esprit, au savoir vivre, à l’éducation. Il n’y a là  aucun rapport de force, ni de besoin de dominer. Je fais simplement le constat d’une situation conflictuelle que j’ai vécue. Je ne juge pas et je n’ai aucune animosité.

    Je suis d’accord  que chacun évolue à son rythme et que dans un couple, l’un peut rattrapper l’autre et même le dépasser mais faut il encore être sur la même longueur d'ondes pour accepter cette différence. Ce n’était pas notre cas. Et puis il y a le comportement………dû à l’éducation reçue. A… n’avait pas d’amis. Nous cotoyions donc mes amis, qui eux, étaient de ma trempe. Il était quasiment impossible d’emmener A…. chez eux. Qu’il n’arrive pas à s’intégrer dans les discussions n’était pas trop gênant, sauf pour lui car il se sentait diminué mais qu’il se jette d’emblée sur la bouteille de Ricard, sans demander l’avis des gens qui l’ont invité et que, de surcroit, il vide cette même bouteille presque à lui tout seul………il y avait là un manque de respect et j’étais honteuse. Et puis il était d’une jalousie maladive ! je ne pouvais jamais faire référence à mes amis connus dans le passé, sans qu’il me pince ou me donne des coups de pieds dans les mollets……….discrètement……..sous la table. J’avais très mal et supportais pour ne pas faire d’esclandre chez mes amis. Je trainais ce mec comme un boulet…….jusqu’au jour où j’ai décidé de ne plus me taire. Il m’a pincée sous la table………j’ai immédiatement réagi et montré mes bleus. Mes amis, choqués, ont refusé de le recevoir à partir de cet instant. Je n’ai jamais osé retourner chez eux et j’ai perdu mes amis qui ne comprenaient pas ce que je fichais avec un tel type ! 

     

    A…. n’avait pas que des mauvais côtés. Il faut rendre à César ce qui appartient à César et je me dois  d’ être juste. Je l’aimais bien malgré tout ça. Il avait bon cœur et était généreux…..surtout avec l’argent des autres ! Enfin majeure depuis la veille du mariage, je pus toucher ma part d’assurance vie (voir 43ème épisode). Il n’y avait pas une fortune colossale mais quand même suffisament pour acheter une petite maison, une voiture et vivre correctement tout en continuant à travailler. Je me fis tout d’abord ce cadeau : une renault super 5 de couleur orange. C’était le début de ces voitures à 5 vitesses. A… n’avait pas son permis et n’avait pas l’intention de le passer. Encore une fois, il fallait que je le traîne…………….

    ...........58ème épisode..........à suivre........dans la série Biographie.......................     

     

     

    « Qui se ressemble, s’assembleCerveau lent »

  • Commentaires

    1
    Crépusculine
    Jeudi 18 Janvier 2007 à 12:00
    Ou malgré les sentiments pas assez de goûts communs pour une vie ensemble. Il a joué à la perfidie de l'inutile vengeance, faire le vide autour de l'autre. Bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :