• Pile poil !

    Il est bien évident que mon mari ne bougeait pas d’un pouce pour chercher du travail. C’est donc moi, enceinte de 7 mois, qui me levais de bonne heure pour aller acheter le journal et c’est encore moi qui épluchais les petites annonces. A la force de ma persévérance, monsieur a fini par accepter une place. Il perdait gros à avoir quitté son emploi en grande distribution. Il se retrouvait maintenant chez un petit employeur avec des horaires à n’en plus finir et une paie de misère. Mais ne dit on pas que qui sème le vent récolte la tempête ? Il avait ce qu’il méritait, à ma grande satisfaction.

    La date de l’accouchement approchait. Mon toubib, après avoir fait un calcul savant sur la comète, m’avait dit « vous accoucherez le 26 septembre ». Il était tellement précis et sûr de lui que j’ai failli lui demander à quelle heure, mais je me suis abstenue. J’allais bien malgré les aleas occasionnés par A…..

    Il n’était pas méchant, seulement hors sujet. J’avais fait une erreur d’aiguillage et nous n’étions absolument pas faits pour être ensemble. Lorsque nous habitions à Epinay, A… avait retrouvé un ancien copain qui logeait non loin de là. Je n’aimais pas son copain. Ils étaient du même style.

    Le 26 septembre, juste après cette canicule, était dans quelques jours. Je n’avais aucun signe présageant l’accouchement. Le 25 au soir, je me dis en rigolant « il s’est trompé le toubib ! » et je prépare un énorme plat de tomates farcies. Mon mari rentrant tard de son nouveau job, nous nous sommes mis à table vers 22h et je me suis enfilée le plat, presqu’ à moi toute seule ! hum…….c’était bon ! rien qu’à y repenser, j’en ai l’eau à la bouche………

    Couchés vers minuit, je rigolais encore de mister toubib voyant.

    A 1h du matin, je me réveille avec un mal de ventre………normal avec cette orgie de tomates farcies, pensais je. Sortant peu à peu de mon sommeil, je réalise que mes crampes ne ressemblent pas à une indigestion mais à des contractions. Whah……… !! panique à bord. Je réveille A….. et lui demande d’appeler une ambulance pour m’emmener à la clinique, car il n’avait toujours pas passé son permis de conduire. Je fais à la va vite ma valise.

    Arrivée à la clinique, on me confirme que le travail a commencé. Je pratique la respiration pour accoucher sans douleur. Croyez moi : c’est important. Ca fonctionne. Ce n’est pas que la douleur disparaît mais elle devient supportable et puis pendant qu’on se concentre sur la respiration, on n’a pas le temps de se plaindre. Vers 6h du matin cependant, j’ai demandé une piqûre car les contractions étaient devenues trop violentes.

    A 11h, le 26 septembre pile poil, I…… est née. J’ai rendu toutes mes tomates farcies…….quel gâchis ! je les ai aussi éliminées par le bas…………quelle puanteur sur la table de travail et I…. a fait un bon d’1 mètre. Il paraît que cela arrive. La sage femme l’a rattrapée au vol. Mon mari été venu assister à l’accouchement et je dois dire que cela aide. Il n’était pas mauvais, simplement en décalage par rapport à moi.

    I….. était bien équilibrée dès le départ : 3kg pile poil, 52 cm et j’ai à nouveau compté les doigts de pieds (voir  47 ème épisode dans la catégorie biographie). Elle est née le jour que le toubib avait annoncé ! trop fort ce toubib……….. elle ressemblait déjà à son père ! là desssus : aucun doute possible. J’avais maintenant la réponse à apporter à G…… qui n’avait pas décroché le gros lot. I…. était bien de mon mari et tant mieux. Je préférais cela.

    ..........68ème épisode..........à suivre........dans la série Biographie.......................      

    « Face à faceLa juge injuste »

  • Commentaires

    1
    Lundi 12 Février 2007 à 12:00
    Il t'a fallu du temps avant de pouvoir manger à nouveau les tomates farcies... non?à+
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :