• Outre manche (1ère partie)

    Jésus cachait des poux sous sa chevelure…….et des morpions juste un peu au dessous ! je dis juste un peu car ses pointes touchaient presque son esprit mal placé……..Il avait tout de ce que je détestais et ce petit voyage ne faisait que confirmer ce que je pensais. Il devenait de plus en plus macho, aussi lorsque nous sommes arrivés chez ma sœur, j’avais déjà en tête de poursuivre seule ma route. Mais bon ! on n’abandonne pas quelqu’un comme ça. 

    Rouen donc : cité U. Je frappe à la porte de ma sœur E…. Quelle ne fût pas sa surprise !……..et sa non joie de me voir là avec ce Jésus crado. Mais elle me reçut gentiment. Sans que je le sache, elle appela maman qui arriva dans la soirée. Bon voilà ! maintenant on savait où j’étais. Il ne me restait plus qu’à expliquer où j’en étais. Maman a été plus que compréhensive. Pas de reproches, rien que de l’amour d’un mère envers sa fille qu’elle chérit. Maman était merveilleuse par son intelligence. Je suis restée environ une semaine à la cité U, avec Jésus. Nous avons fait la connaissance des amis d’E…. Ils étaient tous très écolo et charmants. Je dois dire que E…. a été sympa bien qu’elle refusait totalement ma façon de voir la vie. Au bout d’une semaine, je dis à Jésus que je continue ma route vers le nord, sans lui. Il est donc parti je ne sais où et je m’en fichais. Je me suis rappelée cette journée merveilleuse que j’avais passé avec ma petite sœur Ghislaine à Brighton. Cela a fait tilt dans ma tête et j’ai visé l’angleterre. J’avais 2/3 ronds en poche. J’ai pris le bateau. Arrivée sur le sol british, je me suis dit que visiter Londres ne serait pas du superflu. Alors, re belote : le pouce en l’air ! Les anglais sont très courtois. Je me suis vue monter dans des rolls. Il n’y avait pas d’a priori. Je les trouvais charmants. Arrivée à Londres, il fallait bien manger et dormir. J’ai tenté la manche outre manche. Alors là ! ils n’étaient plus aussi courtois. Dur, dur de faire 3 penny. C’est là qu’on peut apprécier notre chère liberté en France ! Je me suis dit que j’allais en baver dans ce pays et qu’il fallait que je réfléchisse vite. En désespoir de cause, je me suis dirigée vers un policeman bien chapeauté et lui ai supplié de me donner 1 penny pour pouvoir aller me régaler d’un fish and ship, à la baraque du coin. Il m’a fait la morale mais a accepté et j’ai pu me restaurer. Il faut oser les aborder les flics en angleterre ! Ils sont d’apparence froide et se tiennent droits comme des piquets mais quand on a faim……..on a faim. Il faut dire aussi que j’avais eu la bonne idée de débarquer en angleterre pour mon anniversaire, soit le 8 novembre ! ce n’était pas vraiment la meilleure saison pour errer dans les rues. La nuit tombant, je me mis en recherche d’un abri. Je finis, après des heures de marche à travers des ruelles sombres et pas trop rassurantes, par trouver un squat occupé par une poignée de chevelus qui jouaient de la guitare. Ils m’ont accueillie sans tricherie. J’étais comme eux !

    ...........38ème épisode..........à suivre........dans la série Biographie.......................  

      
    « Joly JumperFlon Flon »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 10 Novembre 2006 à 12:00
    Les flics n'ont pas l'habitude de multiplier les pences, il faudrait plutôt demander à l'autre pouilleux. Ah ces barbus. Heureusement qu'on en avait encore en 17, des horribles poilus. Bon week end. DV
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :