• Mystère et boule de gomme !

    Clic sur le dessin

    Ce week end du 14 juillet, je ne pouvais pas aller avec lui à Merlimont
    http://www.grisy.net/article-26637368.html  car il me disait que sa mère l’accompagnait là bas et comme elle ne me connaissait pas…… ! je ne pouvais même pas aller camper à proximité car je n’avais pas un centime pour faire le voyage. D’habitude, lorsqu’il partait avec sa mère, je campais à Stella et nous nous voyions mais aujourd’hui, il me disait qu’il ne pouvait pas m’avancer l’argent. Donc, j’étais condamnée à rester à Bessancourt : seule et dépourvue. Il est donc parti et mes craintes s’accentuaient. Je pensais bien qu’il ne partait pas avec sa mère mais avec cette fille et j’avais raison. J’ai donc téléphoné chez sa mère à Houilles et je suis tombée sur elle qui m’a confirmé que Fr……. était parti à Merlimont. La colère m’envahit. Il était à coup sûr, avec cette fille. Cependant je voyais dans les cartes qu’il se disputait avec elle mais tant pis pour lui : j’ai  décidé de le quitter une bonne fois pour toutes et de ne plus céder car après tout, s’il abusait ainsi de moi, c’était bien parce que j’acceptais tout.

    Je fis une pause…..alors que j’étais en train d’écrire ces quelques lignes, le téléphone sonna et c’était lui ! je lui avais envoyé un message une demi heure auparavant pour lui dire que je savais qu’il n’était pas à Merlimont avec sa mère. Il me demanda comment je le savais. Je lui dit que j’avais un doute et que j’avais téléphoné à sa mère. Il me dit : c’est vrai mais je suis tout seul. Je lui demandais alors pourquoi il ne m’avait pas emmenée : « j’avais pas envie ! ». Je lui explique que je ne supporte pas qu’il me mente : « c’était pour ne pas te faire de mal ». Non : je ne pouvais pas accepter cela ! je lui redit pour la millième fois que la vérité me fait moins de mal que la trahison et j’insiste pour qu’il me confirme qu’il l’a emmenée……. elle. Il confirme et me demande pardon.

    De la même façon qu’il avait refusé de me pardonner la 1ère fois que je l’avais mis à la porte http://www.grisy.net/article-25542626.html , je refusais à mon tour et cela !….il ne s’y attendait pas ! refuser le pardon c’est toucher le cœur au plus profond de ses blessures. Cela signifie que la situation est définitivement perdue. Et voilà : je lui ai rétorqué que mardi, il reprendra ses clic et ses clac, que je ne pouvais pas continuer dans la trahison et que pour son affaire, je décidais de ne plus l’aider. Je lui dit également que son amitié (puisqu’il tenait absolument à me garder en amie), il pouvait se la mettre là où je pense. Là dessus, je raccroche. Il fallait que je tienne bon car je savais qu’avec cette fille, cela ne durerait pas et qu’il reviendrait me voir en courant, comme d’habitude. Personne ne peut accepter un tel personnage à part moi. Il faut être surhumain pour vivre avec lui et je m’en sentais la force car je l’aimais éperdument mais il devait comprendre.

     

    Ma vie était là bas avec lui et je savais qu’il a besoin de moi, ne serait ce que pour son entreprise.

     

    Nous étions samedi et cela faisait exactement une semaine que  nous avions eu ce différent. Comme à chaque dispute, Fr….. prenait la fuite et je n’ai eu absolument aucune nouvelle depuis : ni coup de fil, ni visite alors que c’était bien lui qui était en faute ! Et pourtant il allait bien falloir que l’on ai une explication franche. Il faudra bien qu’il vienne au moins récupérer ses affaires d’autant plus que j’avais ici, à la maison son dossier de création d’entreprise. J’avais d’ailleurs mis au placard sa photo qui trônait juste au dessus de notre lit et son petit mot d’amour de la St Valentin. J’ai jeté cette autre photo qui me servait de cible pour mon jeu de fléchettes et j’ai rassemblé toutes ses affaires qui attendaient là, sur la table, leur propriétaire. Cependant, un fait me troublait : j’avais également viré de l’ordinateur la photo de Fr….. que j’avais mise en écran de veille et Oh miracle….elle continuait à réapparaître ! j’avais déjà éteint et rallumé l’ordinateur à maintes reprises et sa gueule de maccaque était toujours présente ! comment cela était il possible si ce n’était un signe du destin ? Je l’avais viré et il restait chez moi, imperturbable et par des voies impénétrables……..


     ....... 270 ème épisode........... à suivre........... dans la catégorie "biographie"

    « Le rêve américainTransfert......Transition.......Recette »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 25 Janvier 2009 à 12:00
    Ouf ! cette fois (je dis bien cette fois..) tu l'as énergiquement balancé ! c'est la seule chose qu'il méritait. Mais... les voies impénétrables de l'ordinateur.. avec sa photo qui ne veut pas partir, me laisse pensive.. sourire. Tu ne vas quand même pas remettre ça quand il viendra chercher ses affaires ! qué malheur ! il y a toujours un truc qui traîne pour vous raccrocher à ce qu'on veut quitter. Bisous pluvieux
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :