• MA FILLE

     jonquille.JPG

    Je l’écoute marcher sur les pas de ma vie

    Et ses yeux me racontent ce que fût mon enfance.

    Elle tient entre ses mains quelque chose qui me dit

    Que mes jours n’auront plus ce goût d’indifférence.

    Elle a dans ses cheveux le parfum des jonquilles

    Qui l’été, dans le vent, lentement se balancent.

     

    Que je vive de rien, que je vive d’absence,

    Je ne peux m’empêcher d’aimer cette présence.

     

    Quand elle pose sur moi son regard attendri,

    Fouillant mon âme nue pour en voler les maux

    Et posant en son sein le secret de sa vie,

    Je comprends que pour elle il n’y a rien de plus beau

    Que cet instant présent, bercé de féerie,

    Qui unit à jamais nos rêves les beaux.

     

    Que je vive de rien, que je vive de peines,

    Je ne peux m’empêcher de couler dans ses veines.

     

      

    Dabat.D.1990


    Nous cotoyons chaque jour nos collègues de travail...... sans les connaître !

    J'ai eu la chance de pouvoir faire une expo avec mes poèmes au Comité de mon entreprise.











    Bon nombre fut surpris d'apprendre que j'écris et j'avoue que désormais, je peux marcher la tête haute à travers cet environnement où quotidiennement, j'y pose un peu de ma sueur. Que d'éloges ! merci.... merci !

    Cela m'a donné l'occasion de découvrir de forts talents, juste là, à quelques mètres de mon bureau. C'est pourquoi, j'ai décidé d'offrir à Didier Dabat, un espace sur mon blog. Vous y trouverez ses poésies, qui me touchent par leur sincérité.

    Bravo Didier !!

    « J'étais a quiaCharade........ou blague ? »

  • Commentaires

    1
    Samedi 20 Novembre 2010 à 12:00
    C'est bien d'ouvrir ton blog à un de tes collègues de travail. Souvent on se connait mal entre collègues. BIses
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :