• Ma balbynienne de vie (2ème partie)

    Ce travail à la chaîne ne me plaisait pas du tout et je commençais à chercher un autre travail, surtout après ma petite mésaventure (voir épisode précédent). J’avais ouï dire que la grande distribution de la porte de la villette (….. c’est là qu’on tranche le lard….), à deux pas de là, embauchait. Je n’ai pas envoyé de cv, je me suis présentée directement au service du personnel, un soir. Le lendemain matin, je commençais mon nouveau job de responsable du rayon jouets. C’était déjà plus plaisant ! cependant, j’avais tout à apprendre, non pas pour le côté visible du rayon, car faire une jolie présentation, organiser pour attirer le client……. Je faisais cela « finger in the nose » (les doigts dans l’nez !). Ce qui me posait problème était la partie « réserve ». Je devais gérer le stock, passer les commandes, ranger la réserve et là……..pas douée ! je ne connaissais rien en gestion et on ne m’avait rien appris, ni montré ! c’était système D. Mon rayon avait beaucoup de succès et de ce fait, on me pardonnait mon manque de maturité dans le domaine. Face au rayon jouets, il y avait une grande glace dans laquelle j’apercevais le rayon boulangerie. Au fil du temps, je commençais à remarquer qu’une toque blanche me regardait avec insistance. Comme je suis un peu myope, je ne voyais qu’une silhouette qui ne me déplaisait pas. Pour tenter de mieux discerner ce qui se cachait sous la toque blanche, je m’approchais du miroir et plissais les yeux……..ce qui fut interprété comme une réponse favorable aux avances ! dangereux d’être miro !  

    Pendant que ce petit jeu prenait de l’ampleur, un autre responsable me faisait comprendre son amitié naissante pour moi. Il était assez bel homme et ressemblait à Johnny Halliday mais je ne ressentais aucune affinité. J’acceptais donc son amitié, sans plus. Il était très gentil. 

    Mon fils avait maintenant 6 mois et j’avais une vie stable. Tout allait bien , ce qui, dans ma vie, n’est pas compatible ! j’ai commencé à aborder le retour de couches, à mon insu, et ne savais même pas ce que cela signifiait ! j’ai commencé à perdre du sang, ce que je prenais pour le retour de mes menstrualités et j’étais contente. Cela durait et durait et durait………..je perdais de plus en plus ! je maigrissais à vue d’œil. Ma silhouette s’affinait et je me disais que ce n’était pas plus mal. Au bout de 3 semaines, je ne perdais plus du liquide, non ! je perdais des trucs bizarres. On aurait dit des morceaux de foie. J’ai commencé à m’inquiéter et avais prévu d’aller voir le médecin lorsque la paie arriverait. J’ai ce gros défaut ! il faut que je sois pratiquement à l’article de la mort pour me décider à consulter. Je n’ai aucune confiance dans la médecine.  

    Entre temps, on m’avait changé de poste car il fallait remplacer quelqu’un au rayon boucherie. Jamais, plus jamais, je ne prendrais un poste en boucherie ! on y travaille dans le froid et pour moi, qui ne supporte pas la vue du sang, je devais mettre en barquette des containers entiers de tranches de foie baignant dans une marre de sang plus rouge que rouge ! décidemment, sur ma foi, le foie et pour cette fois me mettais en effroi…………. Le seul côté plaisant de ce boulot ingrat, voire ingrat double pour l’occasion, était que pour filmer les barquettes, nous utilisions un appareil chauffant sur lequel je me faisais cuire des petits bouts de côtes de porc. Là : je me régalais.  

    Je faiblissais de jour en jour à cause du retour de couche et un midi, j’ai fait un malaise. Mon pote de responsable m’emmena dans sa voiture à la clinique la plus proche qui m’envoya illico presto en ambulance à l’hôpital Lariboisière à Paris. Examens……….direction salle d’opération.

    ...........51ème épisode..........à suivre........dans la série Biographie.......................     

    « AccoutumanceSOS »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 21 Décembre 2006 à 12:00
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :