• La mise en scène

    Evidemment ! Lorsqu’on prend un rond point à l’envers, en pleine nuit et sous prétexte qu’à cette heure là, il n’y a personne………. Monsieur s’était pris pour le roi du maccadam http://www.grisy.net/article-22934630.html. A être trop sûr de soi, on fait des erreurs monumentales et paf ! Il s’était retrouvé à faire un vol plané sur le capot d’une voiture.

    Je suis donc restée près de lui, je l'ai bichonné. Il était bien amoché mais cela aurait pu être pire. Il s'en sortait avec quelques plaies et des contusions. Aujourd’hui, il lui reste une large cicatrice à la jambe, en forme de point d’interrogation. A chaque fois qu’il la regarde, il ne peut faire autrement que de se poser des questions. Pourquoi un point d’interrogation ? Quel était le message à saisir ?? Sa mère dira plus tard qu’il y a un bon Dieu pour les alcooliques.

    Il était très choqué. L'intervention du SAMU fut nécessaire et sa moto avait plutôt la gueule en biais. J’étais bien consciente que si sa mère avait été là, il se serait passé de mes services mais cela ne faisait rien. J’étais contente d'avoir pu lui prouver qu'il pouvait compter sur moi en toutes circonstances et à toute heure du jour et de la nuit. Si le destin se chargeait de nous imposer ces expériences, c'est que les choses devaient avancer et j'en étais heureuse car Fr….. traînait à prendre ses décisions et pour l'heure, notre liaison était toujours officieuse et non officielle. Alors, forcément, puisqu'il me cachait encore....nous ne profitions pas pleinement de cette liberté qui nous était donnée. Quand il passait la nuit avec moi, il prétextait à sa mère un ami et lorsqu'il était avec ses amis, il ne me téléphonait pas....fallait pas se dévoiler ! J'espérais tellement qu'il annonce enfin que nous étions ensemble : je me serais sentie plus légère. Quoiqu'il en était, je ne devais pas être défaitiste : depuis qu'il était séparé de sa femme, notre vie de couple avait bien évolué et il se comportait à merveille. Nous ne partagions pas que des instants. Il y avait aussi tout ce qui fait la vie à deux, les banalités du quotidien et cela me plaisait.

    Fr…. partit en bretagne http://www.region-bretagne.fr/CRB/Public/rubriques_thematique/visiter_la_bretagne avec un pote pour répondre à l'invitation de Jacquot : journée voile et pendaison de crémaillère. Il avait hésité à y aller, vu son état mais c'était Roch……. qui conduisait, alors ça allait et puis Fr…… ne s'autorisait pas à faire faux bond à un ami. Il revenait dans trois jours et nous avions des projets pour les vacances.

    Grandioses les vacances ! Nous partîmes tous les deux à Merlimont....... http://www.grisy.net/article-2706438.html lui chez sa mère et moi au terrain de camping des dunes parce que les petites étaient là. Nous avions pratiquement vécu ensemble sans que les filles s'en aperçoivent. Quand il n'était pas au terrain de camping, j'étais chez lui. Nous avions passé toutes nos nuits dans des ébats mémorables. Je partais discrètement au petit matin pour ne pas choquer les petites mais par un jour de rosée pas ordinaire, le climat devint chaud ! Ml….. était levée avant nous et j'ai bien cru qu'elle allait nous surprendre mais Fr……, très intelligent, su me faire passer incognito. J'avais eu de belles frayeurs car je ne voulais absolument pas perturber ses enfants.

    J'ai quand même eu la chance de les connaître : petit scénario improvisé lors d'un spectacle d'ours sur la place de Stella http://www.stella-plage.fr/fr/index.php?file=tourisme&name=sentiers. IL était là avec les petites et moi, touriste, je me tenais près d'eux. Les petites ont pensé que nous venions de faire connaissance vu notre comportement. Fr…… semblait heureux de cette rencontre et moi......j'étais aux anges ! Ce soir là, Ml…… avait bien senti qu'il se passait quelque chose et m'avait jeté un regard noir qui me glaça d'effroi. J'avais bien craint d'avoir à éviter leur contact. Mais j'avais  été très naturelle et selon ma générosité innée, avait été parfaite avec les petites, aidant " Crapote " à se frayer un chemin près de la scène pour mieux voir le spectacle.

    La nuit porte conseil et le lendemain soir, lorsque je me débrouillais (en toute complicité avec Fr…..) pour me trouver près d'eux à la terrasse du café de François, j'eus l'agréable surprise de constater que les petites étaient heureuses de me voir. Nous avons passé tous les quatre une très bonne soirée et je fis plus ample connaissance avec les petites. Nous nous sommes merveilleusement bien entendues.

    Les petites commencèrent à parler de moi et visiblement me réclamaient. Le lendemain soir, elles vinrent spontanément vers moi sur la plage et m'avouèrent qu'elles aimeraient bien que nous gardions le contact, leur père et moi, car " papa est seul ", m'ont elles dit. Cette connivence avec les petites, cette merveilleuse entente que je n'aurais même pas osé espérer tant c'était là un de mes vœux très cher qui se réalisait,  effraya mon amour qui décida de mettre un frein à ce bonheur en puissance. Je ne revis pas les petites de sitôt mais de retour à  Houilles http://www.ville-houilles.fr/accueil, elles continuaient à parler de moi. Je les avais définitivement adoptées, que Fr……. soit d'accord ou non....il fallait bien qu'il l'accepte car cette demande venait de leur part à elles. Je n'avais rien fait de spécial si ce n'était de me comporter sans tricherie par rapport à mes sentiments et en toute simplicité avec deux petites filles adorables.

     


    ...250ème épisode..........à suivre........dans la série Biographie.............. 
    « MON FILSTest colorectal »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 2 Octobre 2008 à 12:00
    Qu'est-ce qu'il est compliqué ! il a peur d'une vie officielle en ménage, mais il n'y arrivera jamais ! tu t'entends bien avec les petites, alors quoi demander de plus ? il m'énerrrrrve les nerrrrrfs... j'attends la suite, bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :