• Hommage à bénévoles

    Partout en France, des équipes de bénévoles donnent de leur temps, de leur sueur, de leur savoir.


    Pour le plaisir des yeux, pour agrémenter nos balades, pour faire perdurer le patrimoine, ces bénévoles mettent leur professionnalisme à notre disposition..... Chapeau !

    Je tiens donc à leur rendre hommage pour la merveilleuse journée que j'ai passée dans ces hauts lieux du Limousin.

    Destination 
    Mortemart

     
      Je me gare sur le petit parking, entre la halle et le château des ducs.
    Une expo me tend les bras : de la poésie illustrée, des sculptures, des tableaux ....
    Je suis bien évidemment, fortement attirée par les textes de Patrick Ducrosillustrés majestueusement par Claude Soulat .

    Sur le côté du château, deux cygnes noirs
      me saluent gracieusement, suivis de près par quelques cygnes blancs.

    Sur la droite, l'église romane nous accueille, simple et majestueuse, dégageant une force inexpliquée.
    Le balcon penche comme pour nous désigner les statues.
    Attenante à l'église, la mairie s'ouvre sur des espaces verts, de larges étendues de prairie aux paissent
    des chevaux dont la robe marron se marie parfaitement à cette sensation de paix.
    Je contourne, j'ose mes pas sur le sentier des moines. Une croix sur un monticule siège là,
    juste au dessus de la Vierge Marie, nichée en contrebas, seule dans ce pré sous une lande de roseaux
    bien alignés et bordant une demeure ... un palace !
    Annie, de 
    l'office de tourisme de Bellac, m'avait si gentiment conseillé d'aller visiter Montrol Sénard
    à seulement 1 km de Mortemart,

     , je continuais sur cette petite route montante pour découvrir un village,
    Oh combien charmant !

    Selon notre conversation avec Annie, je me dirigeais vers l'exposition "Nostalgie rurale",
    entièrement réalisée par ces bénévoles.

    J'entrais dans un village authentique, reconstitué comme au début du siècle.
    Le sabotier sur ma gauche, me prêta son outillage

      
    tandis que ma fille cousait

    Au passage, elle me fit une miche de pain  histoire de prendre des forces
    pour visiter la maison où
    vivaient chichement
    les villageois,
    tuant le cochon pour
    s'alimenter tout au long
    de l'année.

    Nous entrâmes dans
    un autre siècle !
    Là, je ne peux
    qu'applaudir
    avec force
    les détails de cette vie
    ancestrale,
    relatés à merveille
    sur des panneaux
    accrochés aux murs.
    Il ne manque rien :
    des recettes de porcs
    aux dictons,
    de la façon du porc à la poêle aux graillons ...
    quelle belle leçon pour nous,
    citadins d'un monde de consommation.
    Ces gens étaient marqués par le temps
    mais tellement solidaires et heureux entre eux !
    Pauvres mais honnêtes dans leurs pauvres maisonnettes.
    Je ne suis pas fière de notre nouvelle ère.

    Grandiosement enrichie par toutes ces informations, je savais désormais répondre aux questions

    sous l'oeil complice de ma maîtresse   Je retrouvais mes
    livres de grammaire et mon vieux dico
     , 

    mon encrier,
    ma blouse !
     











    Ma maîtresse était jolie lorsqu'elle faisait son entrée
     

    et encore plus lorsqu'elle retrouvait son vélo


    Pour nous entraîner
    vers les mégalithes
    non sans nous avoir
    vanté la réussite
    au certif de ses
    anciens élèves.





    A tous les bénévoles de France et de Navarre ........ MERCI  
    « L'homme est très âpre à digérer....Pour le meilleur et pour le pire. »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 28 Août 2008 à 12:00
    Vraiment sympa.....A bientôt
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :