• Donnant donnant

     

    Pliés par le vent, Les bambous

    Se courbent à mes genoux,

    Me saluent hirsutes,

    Avec eux je discute.

     

    Ils balancent majestueusement

    Leurs feuillages,

    Dessinant quelques personnages

    Aux longs becs béants.

     

    Parfumés au pied

    De baies éclatées

    Aux mille senteurs,

    Les bambous chantent en chœur

     

    « Sèche ton visage, arrose nous de tes larmes »

     

    Pliées par la canicule, mes rotules

    Craquent, me courbant, ridicule,

    Extirpant du fond de mes entrailles

    Un gémissement : ouille, aie !

     

    Je me dandine avec disgrâce

    Cherchant un appui, un quidam,

    Une  canne …. De bambou ?

    Je ne tiens plus debout.

     

    Aromatisée au gel  anti douleurs

    Je fais fuir les prédateurs,

    J’entonne une complainte,

    Une supplication pour vaincre.

     

    «  Bambou, mon beau bambou, sois ma béquille, mon sauveur »

    « Histoire sans parolesC’est la classe ! »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 23 Juillet 2010 à 12:00
    Bambou est aussi un surnom. Lol beau poème. bonne journée clem
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :